Trop fort l’arbitre !

Director

Ni flic, ni justicier, l’arbitre est, au bridge, une présence discrète mais indispensable au bon déroulement du jeu. C’est surtout un amoureux des lois et de l’équilibre. Et un fin psychologue.

Une présence discrète

«Le bon arbitre, c’est celui qu’on ne voit pas. Il est là quand on a besoin de lui mais ne se met pas en avant.»
Thierry Beineix, arbitre national depuis quinze ans

“Les problèmes d’arbitrage, c’est 5% de notre métier. Le reste, c’est l’humain» affirme Jean-François Chevalier, directeur technique opérationnel au sein de la Fédération française de bridge, ancien directeur national de l’arbitrage et lui-même arbitre. «La première qualité de l’arbitre, c’est d’avoir un bon contact avec les joueurs, de savoir les écouter.»

Michel Bessis le rejoint dans cette idée. Pour le champion, il n’y a rien de pire qu’un arbitre «trop présent.» Et d’ajouter : «Si l’arbitre est sur mon dos alors que je joue un coup difficile, j’ai envie de le frapper !» L’image est forte mais elle illustre bien les difficultés que peuvent rencontrer les arbitres.

Michel Bessis
Michel Bessis

L’arbitre, un chef d’orchestre

Conductor of the orchestra

Qu’il soit arbitre de club, de comité, fédéral ou national, l’arbitre est un chef d’orchestre. Il est le garant du rythme de jeu, de la régularité des parties et de la bonne marche globale des tournois et compétitions. Il est aussi à l’origine de leur organisation (en dehors des compétitions nationales, gérées par la FFB) : il définit les conditions de participation, les horaires, le format et les donnes. Et publie les résultats une fois le jeu terminé. Enfin, une partie de l’ambiance repose sur ses épaules.

«Le bridge est un jeu passionnel qui génère des réactions. Il faut veiller aux conditions de jeu, au bruit, aux hurlements, aux engueulades entre partenaires…», précise Henri Defranchi qui arbitre depuis plus de quarante ans et a fait de cette passion son métier.

La suite est réservée aux abonnés Funbridge Premium+

Pour découvrir la suite de cet article écrit par Marion Lecuyer, veuillez-vous connecter avec un compte Premium+ en cours de validité.

2 commentaires

Laisser un commentaire