« Retour à l'accueil du blog

Sélection pour les championnats d’Europe d’Albena Juniors et Schools

Le week-end du 23-25 avril dernier se déroulait à Saint-Cloud la sélection pour les championnats d’Europe d’Albena (Bulgarie). Cette sélection concernait les catégories juniors (moins de 25 ans) et schools (moins de 20 ans), l’équipe girls étant déjà constituée. En junior, 10 paires ont été retenues pour cette épreuve, tandis qu’en schools seules 7 paires étaient présentes suite à une défection de dernière minute.

La formule de cette sélection était la suivante :
– des matchs de 20 donnes (format des championnats internationaux)
– en multi-duplicate, c’est-à-dire comparés à chacune des autres tables (4 en junior, 2 en schools), convertis en PV (100PV par match en junior et 50 en schools)
– et avec écrans.

A l’issue de cette sélection, les deux premières paires étaient qualifiées en équipe de France pour les prochains championnats d’Europe, et le comité de sélection (après avoir consulté les deux premières paires) choisit la troisième paire qui complètera l’équipe parmi les celles qui ont fini 3ème, 4ème et 5ème de la compétition.

Il s’agissait donc d’une épreuve d’endurance (180 donnes en 3 jours pour les juniors avec une journée à 80 donnes), qui comme souvent s’est jouée lors du dernier match. Pendant toute la deuxième moitié de la sélection, quatre paires se sont partagées le haut du tableau (Robert/Coudert, Lorenzini/Grosset, Kilani/Poulat et Lhuissier/Franceschetti), mais seules les deux premières places étaient qualificatives. Pour chaque paire, voici un exemple de donne qui les ont maintenues dans les premières places :

Coudert – Robert :
Voici une donne tirée d’un des matchs de la première journée. Vous relevez la main suivante :

RD9
106
R1043
A1083
On ouvre devant vous d’1, vous passez, votre adversaire de gauche passe aussi et votre partenaire réveil par contre. Vous répondez 2Sa et il conclut à 3Sa.
1 P P X
P 2Sa P 3Sa

On vous entame du 6 de pique et le mort s’étale :

V
RD85
AD95
V654

L’adversaire plonge de l’as de pique et en rejoue. Il ne vous reste donc plus qu’un arrêt pique et vos perspectives de levées sont minces : 2, 3/4, 1. Comme il semble peu probable que votre adversaire de gauche ait passé avec un As, vous ne pouvez pas jouer sur les cœurs. Votre salut viendra des trèfles. Il vous faut espérer un honneur sec (vous rejouerez trèfle vers le valet en contre temps puis affranchirez un coeur), un honneur second ou les deux honneurs chez l’ouvreur afin de faire trois levées de trèfle. C’est le cas sur cette donne (R2) et 12 imp pour la paire Robert/Coudert.

Lorenzini – Grosset :
Après une séquence d’enchère raisonnable, vous êtes au volant de 6Sa avec les deux jeux suivants :
R74 A82
ARD754 62
93 RDV108
87 AR10

Si les cœurs sont 3/2 vous avez douze levées, mais s’ils ne viennent pas vous avez des ressources supplémentaires : malheureusement l’entame pique et le retour pique après avoir fait tomber l’as de carreau vous coupe les communications qui permettraient de réaliser un double squeeze. Vous pouvez cependant vous rabattre sur un squeeze simple contre celui qui possède le quatrième cœur s’il possède aussi DV. C’est le cas sur cette donne et vous êtes récompensé de ne pas avoir joué 6. Il s’agit de la seule paire à avoir et déclaré, et gagné ce contrat. Voici les quatre jeux :

103
V983
A52
DV63
R74
ARD754
93
87
A82
62
RDV108
AR10
DV965
10
764
9542

 

Kilani – Poulat :
Grâce à un style de jeu agressif, cette paire a réussie à jouer de nombreuses manches que les autres tables n’ont pas appelées. Sur la donne suivante, non seulement il fallait appeler cette manche mais il fallait ensuite la gagner …
10862 AD74
10762 9
A52 RD103
104 A972

Après avoir passé d’entrée, Simon Poulat décide de répondre 1 sur l’ouverture d’1 de son partenaire, puis de le soutenir à 2 sur le rebid à 1. Il n’en fallait pas plus pour Alexandre Kilani pour conclure à la manche.
Pa 1
1 1
2 4
Sur l’entame du R, le déclarant doit duquer, puis sur le retour carreau, prendre de l’as au mort, faire l’impasse pique qui réussit, tirer l’as d’atout, puis jouer en double coupe après avoir tiré les carreaux maîtres (le valet était troisième). Pour gagner cette manche, il fallait les atouts 3/2, le roi d’atout placé (certes il y a aussi quelques cas du valet second) et les carreaux qui roulent, soit une manche à un peu moins de 20%. La chance sourit aux audacieux.

Lhuissier – Franceschetti :
Une séquence d’enchère simple mais très efficace pour finir ; Voici les deux jeux qui ont permis à cette paire de déclarer le grand chelem en 8 enchères.
2 AD3
AD632 RV975
A63 8
R643 AD98

1 2Sa
3 3Sa
4 4Sa
5 7
1 : 2sa fitté forcing de manche
2 : 3 est un splinter dans une main agréable (14+)
3 : 3Sa déclenche les contrôles
4 : 4 est un contrôle d’honneur
5 : 2 clés et la dame d’atout

Après 8 matchs, les 4 équipes étaient au coude à coude pour la qualification (1er : 585, 2nd : 568, 3ème : 559, 4ème : 528 avec un match sur 100 points). La première paire (Quentin Robert – Thibault Coudert), grâce au jeu des associations, était quasiment assurée de finir dans les deux premiers, mais pour le reste tout était très indécis. Lors du dernier match donc, les premiers rencontraient les seconds (Cédric Lorenzini – Christophe Grosset), les troisièmes (Pierre Franceschetti – Nicolas Lhuissier) jouaient contre les avant-derniers et les quatrièmes (Simon Poulat – Alexandre Kilani) étaient opposés aux cinquièmes.

Un match très serré entre les deux premières équipes jusqu’à ce que cette donne arrive : vous êtes à la place de Cédric Lorenzini et détenait la main suivante :
R1065
RD
108
D10742

Après avoir passé d’entrée, votre partenaire ouvre de 1. Vous répondez 1 et il rebid à 2Sa. Protégez par votre passe d’entrée, vous dites 4 qui montre 5 cartes à trèfle et des ambitions de chelem. Votre partenaire répond 4 cue-bid (encourageant) et l’adversaire contre. Vous passez, et votre partenaire XX pour montrer le contrôle du premier tour (l’as donc), que faîtes-vous ?

Pa Pa Pa 1
Pa 1 Pa 2Sa
Pa 4 Pa 4
X Pa Pa XX
Pa ?

Pensant avoir déjà fait un bel effort, Cédric décide de dire 5, enchère sur laquelle son partenaire n’a pas osé reparler avec la main suivante D4-AV95-A97-ARV6. Une de mieux, et une occasion de swing perdue pour la paire Grosset-Lorenzini. Ils perdront le match de quelques points (50/120 soit 12.5PV de moyenne) et se feront dépasser par les deux poursuivants, les troisièmes ayant marqué 71 et les quatrièmes 95 parachevant ainsi une belle remontée.

Le classement final en junior est donc :

1. Robert – Coudert : 655
2. Franceschetti – Lhuissier : 630
3. Poulat – Kilani : 623
4. Grosset – Lorenzini : 618
5. Thizy – Cannone : 528 (première paire girls)
6. Andrea – Lebatteux : 512
7. Bernard – Gaydier : 492
8. Carbonneaux – Favard : 440 (deuxième paire girls)
9. Boekhorst – François : 436
10. Cotreau – Huberscwiller : 422

En schools, 7 matchs au programme (seulement) dont un bye pour chaque équipe. Le même scénario qu’en junior s’est déroulé. A un match de la fin, quatre paires jouaient encore la qualification : Charignon – Lafont, Combescure – Laloubeyre, Bernard – Beugin et Cailliau – Du Corail. Si les deux premières paires n’ont pas lâché leur place, synonyme de qualification, lors du dernier match, les troisièmes et quatrièmes ont échangé leur place. Voici le classement final :

1. Charignon – Lafont : 229
2. Combescure – Laloubeyre : 209
3. Caillieu – Du Corail : 203
4. Bernard – Beugin : 190
5. Thepaut Ventos – Deheeger : 163
6. Le Pensec – Andrieux : 144
7. Fourre – Le biannic : 102

Après réunion du comité de sélection, les équipes de France retenues pour les championnats d’Europe sont :
– Junior : Robert/Coudert, Lhuissier/Franceschetti et Lorenzini/Grosset
– Schools : Charignon/Lafont, Combescure/Laloubeyre et Bernard/Beugin