« Retour à l'accueil du blog

Affrontez Philippe Cronier le dimanche 13 mars

Mesurez-vous à Philippe Cronier, le champion de bridge français le dimanche 13 mars lors d’un tournoi Points Funbridge. Battez Philippe Cronier pour remporter 25 Diamonds à l’issue du tournoi !

Rencontre avec Philippe Cronier

Comment vous êtes-vous mis au bridge ?

Je suis aujourd’hui un joueur chevronné (j’ai 68 ans). J’ai appris le bridge il y a plus de cinquante ans dans ma famille. Plus précisément, ce sont mes grands-parents qui m’ont initié, j’ai joué mon premier tournoi en face de mon grand-père à l’âge de 13 ans.

Quel est votre classement national ?

Je suis actuellement 5ème joueur français. (J’étais 4ème jusqu’à ce que Jérôme Rombaut me passe devant lors de la dernière Division Nationale par paires 😃 ).

Quel est votre palmarès ?

J’ai gagné les championnats du monde seniors par équipes en 2014 à Sanya. J’ai été champion d’Europe par équipes en 1983, champion d’Europe mixte par équipe en 2011 et j’ai remporté le “championnat d’Europe online mixtes” en septembre dernier.

Je suis détenteur de nombreuses médailles d’argent et de bronze en compétition internationales, dont deux médailles de bronze en Bermuda Bowl, en 1983 et 1995.

En tournoi par paires, j’ai remporté deux fois le titre européen par paires mixtes, en 2011 (avec Catherine d’Ovidio) et en 2015 (avec Sylvie Willard). Là encore, j’ai glané quelques médailles de moindre métal, dont une médaille d’argent en paires open en 1987 (avec Michel Lebel).

J’ai remporté de nombreux championnats de France (je ne sais pas combien), dont cette année, deux consécutifs : la Division Nationale Mixtes en face de Donatella Halfon et la Division Nationale par équipes dans l’équipe de Romain Zaleski.

J’ai également été capitaine non-joueur ou coach de nombreuses équipes de France, Dames, Open, Seniors et même Juniors.

Quel est votre meilleur souvenir de bridge ?

Mon plus beau souvenir de bridge est lié à l’un de ces capitanats. J’étais en charge de l’équipe de France Senior à Weldhoven (aux Pays-Bas) en 2011. En demi-finales, nous rencontrons une très forte équipe polonaise, les favoris de l’épreuve. Nous résistons bien mais les Polonais sont en avance à quelques donnes de la fin.

Nous nous dirigeons vers une défaite honorable quand à la dernière donne, François Leenhardt et Patrice Piganeau font un coup extraordinaire. Celui-ci leur rapporte juste le nombre de points nécessaires pour passer devant les Polonais, que nous battons finalement de 0,3 point Imp, le plus petit écart jamais enregistré dans un match international par K.O.

Transcendés par ce petit miracle, les joueurs (Philippe Vanhoutte et Patrick Grenthe, Philippe Poizat et Guy Lasserre en plus des deux déjà cités) font une partie éblouissante en finale et surclassent une imposante équipe américaine pour devenir champions du monde. Un titre qui m’a fait autant plaisir (plus, peut-être ?) que si je l’avais gagné les cartes à la main ! Il faut être fier de tous ses succès car gagner au bridge est difficile, il y a de très nombreux forts joueurs qui disputent les grandes épreuves et seule l’action constante de Dame Fortune permet de l’emporter…

De quel résultat êtes-vous le plus fier ?

L’un de ceux qui m’ont le plus gratifié est peut-être un résultat récent puisqu’il date de la fin 2019. Pour l’occasion, j’ai eu la chance d’être intégré dans la fameuse équipe Lavazza et de jouer en face de Giorgio Duboin, certainement l’un des tout meilleurs joueurs du monde. Et le destin a voulu que nous remportions la Coupe Reisinger, souvent considérée comme le championnat américain le plus difficile, associés à Agustin Madala, Dennis Bilde, Norberto Bocchi et Antonio Sementa. Quel bonheur et quelle fierté !

Que pensez-vous de Funbridge ?

Au début de Funbridge, je considérai cette façon de jouer au bridge avec un peu de dédain. Ça n’est pas du bridge, les robots ne sont pas bien forts, on ne peut pas enchérir correctement car le partenaire fait n’importe quoi, etc. Et puis je me suis pris au jeu : j’ai du mal à battre Argine régulièrement, les défis avec d’autres joueurs sont amusants.

Mais surtout, je me suis aperçu que j’avais un réel intérêt à pratiquer sur Funbridge. Si je n’ai pas joué depuis quelques jours et si une échéance importante approche, Funbridge me sert d’entraînement intensif. J’ai réalisé que jouer avec Argine et ses camarades me permettait de “faire mes gammes” et de me remettre l’esprit au bridge. Je joue vite (pas toujours très bien) et je cherche à récupérer mes automatismes au jeu de la carte. Et ça marche !!