« Retour à l'accueil du blog

Analyse du tournoi du Professeur – Septembre

Vous avez été très nombreux à répondre présent pour le tournoi mensuel Funbridge : Le professeur de Septembre 2021. Grâce à vous, ce tournoi a été une réussite. J’espère vous revoir aussi nombreux en Octobre.

Vous trouverez ma vidéo sur la chaîne Youtube de Funbridge, j’espère qu’elle vous plaira.

10 joueurs, tirés au sort, ont la chance de remporter 50 diamonds !

Félicitations au top 5 :

Je réalise 55% .

 Ci dessous mon analyse  de quelques donnes

Première donne : 4ème couleur forcing ?

Dès ma première enchère, je dois faire un choix. Dois je privilégier ma couleur la plus longue ou faire priorité à la majeure ?

On conseille généralement de commencer par la longue avec les jeux forts ( manche ou + ). Mais on commence par la majeure avec les jeux plus faible.

Les mains bicolores 6-5 sont souvent difficiles à décrire.

Commencer par 1♦️ peut m’aider à trouver une FIT mineur ce qui sera essentiel pour découvrir un chelem. Mais cela va compromettre la découverte d’un FIT 5-3 à ♥️.

Si l’on doit s’arrêter à la manche, mieux vaut commencer par 1♥️. En tournoi par paires, je pense qu’il faut donner priorité à la majeure avec cette main.

RETENEZ : En tournoi par paires, on évite d’orienter les enchères vers une manche en mineure.

Pour la redemande sur 1♠️, le champ s’est divisé entre deux options valables. Une quatrième forcing à 2♦️ :

RETENEZ : La quatrième couleur forcing est une enchère imprécise en distribution. Elle sert, dans un premier temps, à exprimer de la force et à faire décrire la main du partenaire.

Personnellement je choisi une quatrième « à saut » à 3♦️ :

Cette enchère est beaucoup plus précise sur ma distribution puisqu’elle montre mon 5-5 rouge.

RETENEZ : Il faut privilégier les enchères précises en force et en distribution.

Au final, nous avons été nombreux à jouer 3SA. De la main de Sud ou de celle de Nord suivant l’option choisie.

Le hasard de l’entame a mis en difficulté ceux qui ont choisi 3♦️ et cela a engendré un mauvais coup.

L’entame est un des domaines les plus hasardeux du bridge et cela entraîne régulièrement de gros écarts.

2ème donne : La « règle des 15 »

Après deux passes, il est courant d’ouvrir un peu plus faible en troisième position.

On fait cela pour :

  • Perturber la séquence adverse.
  • Indiquer une entame
  • Trouver un bon contrat

Il  y a peu de risque que le partenaire s’emballe puisqu’il a déjà montré une main faible de par son passe initial.

Il existe une règle baptisée « règle des 15 » qui dit : Additionnez vos points H et votre nombre de cartes à . Si vous atteignez le chiffre 15, ouvrez.

Dans le cas présent, la règle des 15 me demande d’ouvrir d’1♠️.

Le mot règle au bridge est à prendre avec discernement. Il ne faut pas confondre les règles du jeu auxquelles on n’a pas le droit de déroger ( exemple : jouer dans le sens des aiguilles d’une montre ) et les autres règles qui sont en réalité des conseils stratégiques ( exemple : il faut 15 points pour ouvrir d’1SA, ou « honneur sur honneur » ).

La règle des 15 n’est pas une obligation, c’est un conseil stratégique. Mais, elle ne prend pas en compte des éléments essentiels de la stratégie au bridge comme la vulnérabilité, la distribution ou la qualité des couleurs. Il faut donc la nuancer.

Ici, ma distribution est affreuse ( 4333 ). La vulnérabilité m’est défavorable ( Rouge contre vert ). Et la qualité de ma couleur d’ouverture 1♣️ est mauvaise, je risque donc d’induire une mauvaise entame.

Pour cela j’ai décidé de passer et mes adversaires ont tranquillement gagné 1SA.

Ceux qui ont ouvert ont eu la chance de jouer et gagner tranquillement 1♠️, pour un bon coup.

Si vous avez poussé jusqu’à 2♠️, vous chutez, pour un mauvais résultat.

RETENEZ : La plupart des règles aux bridge ( « fort en troisième », « ouverture à 12 », etc… ) sont, en réalité, des conseils stratégiques. Elles ne sont ni obligatoires ni toujours bien adaptés à un contexte particulier.

Troisième donne : Cherchez la femme.

Trouvez et prendre les dames en impasse, en tournoi par paires, aura souvent un impact déterminant sur votre résultat final.

Régulièrement vous aurez le choix entre faire l’impasse à la dame dans un sens ou dans un autre.

Sur 2♦️, j’ai choisi de ne pas décrire mon bicolore pour conclure directement à 3SA. Cela pour deux raisons :

  • On évite d’orienter les enchères vers la manche en mineure en tournoi par paires.
  • Les honneurs secs jouent mieux à Sans-Atout.

Sur l’entame ♠️ pour l’A♠️ d’Ouest, j’ai mes neuf plis ( 2♠️, 2♥️, 5♣️).

Beaucoup d’experts ont jeté un honneur ♠️ sur l’As, afin de se créer une communication supplémentaire au mort avec le V♠️.

Je n’ai pas fait ce choix pour la raison suivante :

Après l’A♠️, Ouest peut avoir la possibilité de me faire chuter en trouvant un switch immédiat à ♦️. En jetant un honneur à ♠️, je montre à Ouest que j’arrête les ♠️ et j’induis donc ce swicth à ♦️ redouté. Lorsque je fournis le 9♠️ sur l’entame, Ouest peut penser que son partenaire possède tous les  maîtres. Je me prive d’une communication au mort mais j’induis une continuation ♠️.

Ensuite, je défile les ♣️ et, en fonction des défausses, je déciderai ou non de tenter l’impasse à la D♥️ sur l’entameur.

Le partage 4-1 des ♣️ crée un blocage de la couleur. Je dois utiliser plus tôt que prévu les ♥️ pour aller chercher les ♣️ du mort. Je renonce donc à l’impasse ♥️ et cela me réussit puisque la D♥️ tombe rapidement pour +2 au final.

Ceux qui ont crée cette communication au V♠️ du mort ont eu la possibilité de tenter une impasse forçante à ♥️ sur Ouest, et le placement des cartes leur a été fatal.