« Retour à l'accueil du blog

Bridge et Humour : 1, 2, 3…

Voici une chronique qui sort de l’ordinaire ! Remplie de références à saisir, cette chronique mélange savamment Bridge et humour !

Poursuivons et souvenons-nous du et UN, DEUX, et… 

TROIS : la plus petite des cartes impaires, qui en y regardant graphiquement, est un 8 coupé en deux !

Quel jeu de coupe décidément.

C’est le chiffre de la créativité, car il faut bien être deux pour en créer un troisième. Comme la Pub 1+1= 3

Donc de préférence en paires mixtes ! Pour le « fanbridgeur » que vous êtes, il est aussi la manche la plus économique et une carte d’appel (italien). C’est une carte impaire (méable) bien utile afin d’éviter l’arrosage en flanc… D’où l’imperméable !

Plus sérieusement, vous devez connaître les trois filtres de Socrate ? Bonté, vérité, utilité.

A relire pour peaufiner vos enchères… Poursuivons vers le…

Quatre : en y regardant de plus près (pour ne pas le louper), le 4 est formé de trois traits étroits qui font seize !? (Pas facile !)

Chacun connaît le match par 4 au carré… (qui font 16 également !).

Votre jeu favori fût aussi celui de la glorieuse époque des «  four aces « , les 4 as, le carré magique texan ; qui marchait à la baguette et remporta moultes succès entre 1935 et 40.

Dirigée par Oswald Jacoby, bien connu par éponymie pour sa convention de transfert :

Le Jacoby ou Texas. Ce chiffre symbolise le travail et la rigueur, les quatre saisons, mousquetaires, et plus proches du bridgeur, les points cardinaux (de riches lieux !). J’en perd le Nord et j’ai le Sudoku !

Qu’à cela ne tienne, fonçons quatre à quatre vers le…

CINQ : chiffe au milieu de notre mini-série, qui représente la liberté et le changement. 

Au bridge, le cinq…hante… (pourcents !). C’est juste la moyenne, Compliqué de jouer 5 en mineures, dilemme ce 5 SA…

Son importance au quotidien est très sensible ; comme les doigts de la main, les sens, le lustre, et bien sûr la quintessence du jeu…

A bientôt pour le 6, quittons-nous 7 fois, à 8 clos, il y aura du 9 !

Chronique humoristique par David Ducoront