Réponses à l’ouverture après une intervention bicolore

L’intervention adverse par un bicolore “mange” de l’espace et oblige le camp de l’ouvreur à peaufiner un système rigoureux à base d’enchères conventionnelles qui exige un certain effort de mémorisation. En outre, le rôle du contre devient complexe. Notre chroniqueur passe en revue toutes les réponses possibles, et certains développements, afin de vous aider à mieux enchérir dans cette situation délicate.

Le partenaire de l’ouvreur a plusieurs options qui doivent toutes être précisées :

· Contrer.

· Cue-bidder l’une des deux couleurs du bicolore.

· Faire une enchère naturelle, soutenir l’ouverture ou utiliser la quatrième couleur.

· Répondre 2SA.

· Passer.

1. Le contre

Cette enchère de 9H et plus montre une main souvent régulière, elle peut servir de tremplin à un contre punitif mais permet aussi de retrouver un soutien 4-4 dans la quatrième couleur. Attention, le contre n’est pas autoforcing.

Exemple :

Vous êtes assis en Ouest.

Développements après le contre

Une règle “révolutionnaire” à connaître: tous les contres en cours de séquence sont d’appel, jamais punitifs. Cette règle est la conséquence logique du caractère non autoforcing du premier contre. L’ouvreur nanti d’une belle ouverture ne peut pas passer et n’a pas toujours une enchère naturelle à sa disposition. Le contre, comme dans de nombreuses situations compétitives, montre que son camp est en attaque. L’ouvreur peut bien sûr le transformer en contre punitif. Même principe vu du côté du répondant : il peut passer en dernière position dans une zone 9-10H, mais doit se manifester à partir de 11H (le contre de réveil est informatif, le camp de l’ouvreur est en attaque).

Exemple 1 :

Vous êtes assis en Ouest.

Dans un récent match par équipes, Ouest, ignorant cette technique, a surenchéri à 3♠️ et fini par jouer 4 Piques contré (une de chute seulement) mais il y avait 800 à marquer à 3 Cœurs contré.

Le contre a la même signification en réveil :

Exemple 2 :

C’est pareil lorsque le joueur numéro 4 passe sur le contre :

Le contre est d’appel.

Passe serait non forcing.

Le contre est d’appel.

Tous les contres sont d’appel

Contrairement à ce qui semblerait naturel de faire, jouez le contre d’appel. Il montre que l’on est en attaque et cette enchère n’est pas autoforcing.

2. Le cue-bid

Le cue-bid le plus économique exprime une enchère forcing dans la couleur la moins chère. Le cue-bid le plus élevé exprime une enchère forcing dans la couleur la plus chère. Quelques exemples pour mieux comprendre.

Première séquence : 1♥️-2♥️

2♥️ est un bicolore Pique-Trèfle. 2♠️ est le cue-bid le plus économique, il exprime un changement de couleur forcing à Carreau d’au moins cinq cartes, couleur la moins chère. Exemple :

Vous êtes assis en Ouest.

2♥️ est toujours un bicolore Pique-Trèfle.

3♣️ est le cue-bid le plus élevé, il exprime un soutien forcing à Cœur, couleur la plus chère. Exemple :

Vous êtes assis en Ouest.

La suite est réservée aux abonnés Funbridge Premium+

Veuillez vous connecter au blog Funbridge avec un compte Premium+ en cours de validité pour accéder à la suite de ce cours de bridge d’Alain Lévy.

Un commentaire

Laisser un commentaire